les téléchargements

débat .FRancais
ou guerre .COMmerciale ?

lestelechargements.fr : blog indépendant d'information sur la loi DADvSI, les DRM et les téléchargements

Le chat de Denis Olivennes

.
par admin le 28/02/2006 à 20:41
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)
poster sur del.icio.us

A l’heure ou ltc.com laisse l’annonce du chat de ce soir (déjà passé),
voici le script du chat avec Denis Olivennes !

Note : l’archive du chat est consultable sur lct.com :
Le chat du 28 / 02 avec Denis Olivennes.
La page html étant illisible sur Opera, et lct.fr étant résolument pour l’interopérabilité dans tous les domaines, nous proposons ici le script pour nos 2.48 % de lecteurs qui naviguent sur le navigateur le plus rapide au monde.
Les codeurs iront se plonger avec délices dans les subtilités du code de la page.

Ce chat, très – trop – court, avec un représentant emblématique des distributeurs laissera encore une fois sur sa faim ceux qui attendent un vrai débat.

On y apprendra cependant que :
- la licence globale, c’est mal (parce qu’elle favorisera « un transfert massif des achats de disques ou de fichiers sur sites légaux vers le p2p« )
mais l’abonnement illimité, c’est bien !
(surtout si on s’abonne à fnacmusic ?).

- « En France, par exemple, le marché du disque a baissé de 30% en 3 ans, et l’on considère que l’an dernier, 1 milliard de fichiers ont été téléchargés illégalement. Il y a forcement un rapport. L’effet [du développement du P2P] est particulièrement dramatique chez nous« ,
mais les droits d’auteurs percus sont constants depuis 3 ans, grâce, en particulier au développement du spectacle vivant.


- la FNAC n’est « pas dans une logique d’augmentation des prix« ,
mais veut « négocier avec les producteurs pour offrir des formules tarrifaires toujours plus alléchantes« .
Pour information, sur ITunes, un titre téléchargé à 0.99 € rapporte à l’auteur, au compositeur, et à l’éditeur réunis la somme mirifique de 0.07 €.
On comprend que le distributeur préfère reste entre amis et discuter directement avec le producteur.

18:0006 65 connectés
Kakashi : Bonjour,
Collectionneur depuis des années, je télécharge souvent des mp3 de chansons publiées uniquement sur vinyl.
Ces albums sont introuvables dans votre enseigne ou celle de vos concurrents, pas plus que sur les magasin en lignes (itunes, yahoo etc )
Techniquement, je suis dans l illégalité, quelle alternative proposez-vous aux personnes qui se truovent dans mon cas ?

Denis Olivennes : Bonjour,
C’est un cas effectivement ou, selon moi, si les maisons de disques ne peuvent pas réediter les titres anciens, on devrait avoir le droit d’en disposer sur le net. J’espère que la technologie va suffisement évoluer pour que l’on puisse, demain, mettre en oeuvre des p2p légaux qui règleront ce type de questions. J’ajoute évidemment que les tarifs devraient tenir compte de ces éléments.

Tucide : Vendez vous réellement moins de disques à cause du téléchargement, ne pensez-vous pas que l essor du DVD soit le réel responsable ?
Denis Olivennes : La baisse des ventes de disques dans le monde à commencé a peu près au même moment que l’arrivée du p2p et s’est fortement accélérée avec le développement de celui ci. Sans doute, ce n’est pas la seule raison, mais c’est la raison première. Cela a été confirmé par de nombreuses études empiriques et indépendantes des universités américaines. En France, par exemple, le marché du disque a baissé de 30% en 3 ans, et l’on considère que l’an dernier, 1 milliard de fichiers ont été téléchargés illégalement. Il y a forcement un rapport. L’effet est particulièrement dramatique chez nous, car nous sommes l’un des seul pays ou les disques anglo-saxons ne représentent pas 80 ou 90% du marché mais plutôt un peu moins de la moitié. Le reste, ce sont des auteurs compositeurs français, ou du monde entier produits chez nous.

18:12 95 connectés
MA : Plusieurs études montrent que les plus gros télchargeurs sont parallèlement de gros acheteurs de disques. Qu en pensez cvous ?
Denis Olivennes : Les études la dessus sont contrastées, mais la encore, ce qu’elles montrent c’est que les téléchargeurs auraient acheté bien plus de disques s’il n’y avait eu le p2p.

18:15 105 connectés
Gwen : Comment expliquez vous qu un album vendu sur internet coute à peine moins cher qu un cd vendu en magasin, alors qu il n(y a ni frais de transport, ni packaging, ni support matériel ?
Denis Olivennes : DE manière générale, le prix de la musique est une vraie question, et je pense que ce prix baissera au fur et à mesure que les volumes d’achat augmenteront en téléchargement légal. Il y a aussi pour le téléchargement des couts et notament des investissements très lourds dans les systèmes d’information qui permettent de déployer des sites. Au dela de ca, il faut avoir conscience d’une chose : la musique suppose des investissements très importants au départ, pour découvrir des talents, pour les faire se développer, trouver leur maturité, etc… et ce sont ces investissements immatériels qui sont rémunérés ensuite par les ventes de disques ou de fichiers.

18:16 123 connectés
COuca : Que pensez vous de la licence globale optionnelle ?
Denis Olivennes : J’y suis hostile pour plusieurs raisons. D’abord, elle va favoriser un transfert massif des achats de disques ou de fichiers sur sites légaux vers le p2p ; or pour compenser ces revenus sur l’abonnement internet, ce sont plutot des sommes de l’ordre de 80 euros par mois qu’il faudrait faire payer, cela est inimaginable. Ensuite, comment va-t-on répartir ces revenus entre les artistes ? Par sondage , mais dans ce cas la, les nouveaux talents ou les artistes peu commerciaux seront lésés. Je pourrai multiplier les obstacles. En réalité, c’est un système extraordinairement compliqué, une usine a gaz.

18:21 132 connectés
Gloubi : J ai récement acheté un album sur fnac.com (deus). J ai tenté de le mettre sur mon ipod, sans succes. On m a expliqué que c était impossible à cause des « DRM ». Ne pensez vous pas que ces mesures sont pénalisantes (et très frustrantes) pour les consommateurs qui utilisent plusieurs supports (pc, baladeur, autoradio .) ?
Denis Olivennes : Si, bien sur ! C’est un vrai problème, et c’est à celui la qu’on devrait s’attaquer en priorité. Je trouve tout a fait normal que les producteurs protègent les disques ou les fichiers. Mais je trouve absolument annormal que ce ne soit le même système de protection pour tous les appareils. Si j’achète un disque, j’ai le droit de l’écouter chez moi, ou sur mon autoradio, si j’achète un fichier sur un site, j’ai le droit de le mettre sur le baladeur de mon choix, etc… La FNAC a été la première à interpeler les constructeurs. il faut effectivement qu’on les contraigne à créer pour nous, consommateurs, un univers fluide.

18:25 144 connectés
Hawkins2 : MSN Music lance prochainement une politique de prix variables consistant à augmenter les prix des nouveautés et des avant-premières (1,19 au lieu de 0,99 ). Est-ce que la Fnac compte également augmenter ses prix dans les mois à venir ?
Denis Olivennes : Non ! Nous ne sommes pas dans une logique d’augmentation des prix. Nous voudrions au contraire négocier avec les producteurs pour offrir des formules tarrifaires toujours plus alléchantes.

18: 27 152 connectés
srcmax : Le piratage à toujours existé sans que personne ne s’en offusque : la duplication des cassettes audio, de cassettes vidéo, les échanges de CD dans les cours d’école ou au bureau… Et pourtant, tout cela à permis le développement de l’industrie de la musique et la hausse constante des profits. Pourquoi une telle levée de bouclier aujourd’hui ?
Denis Olivennes : C’est sans rapport. A la troisième cassette que vous avez copiée, la qualité est médiocre, et cela vous a couté de l’argent, et cela vous a pris du temps. Internet, c’est la possibilité, quasi instantanément et presque à cout nul de copier des milliers de fois pour des milliers de gens à des milliers de kilomètres de distance, et avec exactement la même qualité que l’original. Donc les copies du temps jadis, c’était vraiment des copies à usage privé

18:32 166 connectés
lolol : Alors vous êtes contre les DRM. Vous le direz aux députés ce soir ?
Denis Olivennes : Je suis POUR les DRM, mais des DRM qui permettent ce qu’on appelle l’interopérabilité, c’est à dire la lecture sur tout lecteur de son choix.

18:33 172 connectés
Lecteur : Même si les constructeurs créent un matériel qui gère uniformément les DRM, que devient le parc actuel de lecteurs, qui n’est pas conçu pour gérer ces protections ? Va-t-on nous obliger à renouveler tout notre matériel (autoradio, balladeur MP3, etc..) ?
Denis Olivennes : Quand on voit le rythme hyper accéléré de renouvellement des matériels, je me dis que de toutes facons, la question ne se poserait qu’a très petite échelle.

18:37 179 connectés
Guillaume : Quid d’un abonnement de téléchargement illimité sur les sites tels Fnacmusic sur le modèle des abonnement illimités de cinéma ?
Denis Olivennes : J’y suis très favorable, et nous y travaillons.

BV : Excusez-moi d’être brutal, mais il me semble que le débat consiste à la sauvegarde des auteurs, de la création artistique et non pas des distributeurs .En ce sens je ne comprends pas votre intervention sur ce forum.
Denis Olivennes : Savez vous que sur les 200 000 disques différents que vend la FNAC chaque année, 190 000 se vendent à moins d’un exemplaire par FNAC et par an. Cela veut dire que si nous n’étions pas la, les artistes de ces disques n’existeraient simplement pas. Ils ne sont évidemment pas sur les télévisions, ils ne sont quasiment pas sur les radios. Si la FNAC ne se battait pas pour la diversité musicale, celle ci se ramènerait probablement aux 5000 références que l’on trouve dans la grande distribution et aux hit-parade des playlists des radios.

18:40 186 connectés
gg : Vous êtes favorable à un abonnement de téléchargement illimité. Quelle différence y a-t-il avec la license globale ?
Denis Olivennes : C’est comme l’abonnement sur Canal+. Le consommateur paye au forfait mais la chaine, elle, paye les auteurs (réalisateurs, acteurs, etc…) au nombre de passages. sur un site, le consommateur paye au forfait mais le site paye le producteur et l’artiste à la consommation. C’est donc « neutre » pour les créateurs et les producteurs.

18:47 202 connectés
zmed : la musique aujourd’hui pour une grosse partie n’a plus rien d’artistique mais est devenue indutriel, c’est une musique kleenex qui ne mérite absolument pas ces 0,99 euros, qui d’ailleurs vont en majeur partie non pas la poche de « l’artiste » mes des marjors. Payer la musique en telechargement d’accord mais à ça juste valeur, ce qui est loin d’etre le cas aujourd’hui. Quand est-ce que les majors vont cesser de prendre les clients pour des pigeons.
Denis Olivennes : Discours un peu facile. D’abord, personne n’est obligé d’acheter de la musique « kleenex ». Les majors ne sont pas derrière les consommateurs avec un fusil pour les obliger à acheter de la daube. Une fois encore, nous, nous nous battons dans nos magasins, et sur nos sites pour défendre de la « vraie » musique, et nous serions ravis d’en accroitre encore le public. Ces artistes la, leurs producteurs ne peuvent pas les amortir sur les centaines de millions de consommateurs du continent américain. Ils ont un marché de 50 millions de consommateurs francais, et je ne crois pas qu’on ne les paye pas au juste prix.

nanoux_ : Les « vrais » artistes ne gagnent-ils pas leur argent en faisant des concerts?
Denis Olivennes : Une récente étude américaine a montré qu’effectivement le prix des concerts avait considérablement augmenté au cours des dernières années car les artistes reportaient une partie de leurs recettes perdues sur le disque sur les revenus des tournées. Elles ont montré aussi que du même coup, le phénomène de « starisation » était de plus en plus fort, c’est à dire qu’un nombre de plus en plus restreint d’artistes captaient une part de plus en plus grande de ces recettes. C’est l’effet paradoxal du p2p. Les « gros » survivent, mais ce sont les « petits » qui trinquent. Cela étant, le total des recettes de concerts est sans rapport pour un artiste avec le total des recettes disque.

R : La FNAC vend aussi des ordinateurs, des graveurs et des CD vierges. N’est-ce pas un double discours ? Les CD sont taxés pour la copie privée de la musique et sont donc bien destiné à ce usage.
Denis Olivennes : La vente de ces différents appareils représente 60% du chiffre d’affaires de la FNAC. La vente des disques moins de 15%. Je pourrai donc me ficher complètement de ce débat sur le téléchargement. Mais la FNAC a été fondée il y a 50 ans sur l’idée du combat pour la démocratisation et la diversité culturelles. Et je ne peux pas rester totalement indifférent si j’ai l’impression que l’essentiel de la création musicale est en péril. Je n’ai pas envie d’un monde dans lequel on n’écouterai que Eminem et la StarAc, même si on l’écoute sur des appareils que j’ai vendus.

Merci à vous tous de vos questions. Je suis frustré de ne pas avoir répondu à toutes. Vous aussi j’imagine… A bientôt

Pas de commentaire pour Le chat de Denis Olivennes »

  1. Bonsoir,
    comme de nombreux internautes je n’ pas réussi à faire passer ma question dans l’étroite fenêtre de tir de ce chat. Dommage, je venais de lire les conditions générales de vente des principaux distributeurs de musique payante. Les clauses abusives et illégales s’ succède pour protéger ces distributeurs, au détriment des consommateurs.

    Un exemple, parmi d’, tiréé du contrat d’ des principaux distributeurs: « art.2: Si vous avez 13 ans ou plus, mais moins de 18 ans, vous devez lire ces conditions générales avec vos parents ou votre tuteur et vous assurer que vous, ainsi que vos parents ou votre tuteur comprenez ces conditions générales.  »

    Et je posais cette question: comment être crédible en défendant l’ du disque et du cinéma quand cette industrie refuse de respecter les règles existantes en matière de protection des consommateurs?
    décidemment quand le business est en jeu il y a bien deux poids et deux mesures
    cordialement et bravo pour votre site

    Commenté par yann34 — 28 février 2006 @ 21 h 22 min

  2. c’ vraiq ‘ morceau acheté sur Itunes ou sur fnacmusic est hyper cher, 0.07€ pour l’? non, c’ du foutage de gueule!!! et en plus, on a droit aux DRM qui nous empêhcent de transférer la musique, faut aps exégérer!

    Commenté par Lomig — 28 février 2006 @ 21 h 29 min

  3. Ah, et je me demande où est passé tout l’ qu’ se sont mis dans les fouilles quand on est passé au cd et qu’ disque a coûté 2X plus cher à l’ mais 3X moins cher à la production…

    Qu’ arrêtent d dire que le p2p tue la créativité alors que c’ l’ musicale qui tue la créativité, en poussant les radios à passer tout le temps la même chose, avec un prix du cd inadmissible et en s’ une belle rente.
    Qui les industriels ont ils permis de faire connaître?
    Où sont leurs initiatives?

    Nulle part!

    Alors qu’ arrêtent avec leur dramatisme sur la mort de la créativité, alors qu’ contraire, avec le p2p, tout le monde a sa chance, tout le monde peut faire écouter sa musique, mais c’ tnormal, tout le monde ne peut pas vivre que de ça.

    Oui, je suis pour un retour aux sources, pas d’, mais des sociétés de concert: là, on voit ce qu’ un artiste, et c’ là qu’ s’…
    A croire que les artistes n’ jamais existé avant le vinyl…

    Commenté par Lomig — 28 février 2006 @ 21 h 33 min

  4. 7 euros… (bis)…

    Je lisais tout à l’ ce qui à été échangé sur le chat du site lestelechargements.com avec comme intervenant Monsieur Olivennes, PDG de la FNAC….

    Rétrolié par Brouillon d' — 28 février 2006 @ 23 h 27 min

  5. Les Téléchargements…

    …Je lui aurai bien fait remarquer que si le lecteur de mon choix ne supporte pas les DRM, ça va être chaudard, mais ma question n’ pas été retenue……

    Rétrolié par Red is undead — 28 février 2006 @ 23 h 33 min

  6. Quand un ingénieur du nucléaire me dit « Le nucléaire c’ sans danger », je me dis que son salaire dépend directement de cette affirmation. C’ peut-être vrai que le nucléaire est sans danger. Mais je préfère me l’ dire par des sources indépendantes … Curieux non ?

    Donc que le directeur de la FNAC me dise que les DRM c’ bien et que la licence globale c’ mal, c’ un peu comme s’ me disait que les PC vendus par la FNAC sont les meilleurs. Peut-être … Mais c’ son business et j’ remarqué que business et indépendance ne faisaient pas bon ménage …

    Suffit de lire le paragraphe sur les « valeurs » de Publicis et de l’ aux paragraphe sur les objectifs de Publicis par rapport à ses actionnaires
    (http://www.publicis.fr/corporate/fr/10000/14000.php pour ceux qui veulent rire un peu) pour comprendre vers où penche la balance …

    Commenté par harakiri26 — 28 février 2006 @ 23 h 41 min

  7. « Savez vous que sur les 200 000 disques différents que vend la FNAC chaque année, 190 000 se vendent à moins d’un exemplaire par FNAC et par an »
    Il est sûr des chiffres qu’ avance? Cela signifierait que seul 10 000 CD (soit 5%) sont achetés à plusieurs exemplaires par FNAC? C’ ça qu’ faut comprendre? Je me permets d’émettre un doute.

    Sinon, petite info, diffusée à un 13H (sur france2 il me semble) il y a quelques semaines : l’ « perdu » par les majors par la chute du nombre d’ vendus a été compensé par la montée en puissance des téléchargements des sonneries mobiles! Et oui, quand vous téléchargez une sonnerie de téléphone, une partie de l’ est reversé aux majors et à la SACEM. Bref, les majors de disques sont très loin d’être de pauvres victimes du téléchargements! Qu’ se le dise!

    J’ bien que l’ laisse la parole aux artistes autoproduits ou aux petits producteurs indépendants pour savoir ce que eux en pense!

    Commenté par Jerry — 1 mars 2006 @ 0 h 41 min

  8. Pour continuer sur le commentaire de Jerry :
    si « Denis Olivennes : Savez vous que sur les 200 000 disques différents que vend la FNAC chaque année, 190 000 se vendent à moins d’ exemplaire par FNAC et par an.  »
    Donc si j’ bien compris, un groupe faisant partie de ces 10 000 priviliégiés, ne vends pas plus de 70 disques dans l’ée (nombre approx de magasins fnac en France).
    S’ touche 5 euros par disque (une utopie), ça lui fait 350 euros par an. Gros revenu !
    combien de groupes arrivent à survivre avec des revenus aussi énormes ?
    Et comment font toutes les stars variétés pouet pouet pour rentrer des salaires astronomiques ?
    Il serait peut être temps de dire que le business musical est une imposture sans nom, à grande échelle.
    Je ne vois même pas l’érêt de discuter avec ces gens là.
    Ils ont peur que le p2p les tue ?
    Alors je retourne illico à mon soulseek !

    Commenté par frz — 1 mars 2006 @ 1 h 56 min

  9. merci de nous laisser cet espace de dialogue ! en plus, le professionnalisme semble plus au rendez-vous pour un blog à 80€ que sur celui de notre ami du gouvernement à 180 000€ sur lequel les internautes peuvent à peine s’ !
    je m’ vais vous faire un peu de pub !
    bonne continuation, que la lutte continue !

    Commenté par tamahi47 — 1 mars 2006 @ 8 h 49 min

  10. Citation:
    “En France, par exemple, le marché du disque a baissé de 30% en 3 ans, et l’on considère que l’an dernier, 1 milliard de fichiers ont été téléchargés illégalement. Il y a forcement un rapport. L’effet [du développement du P2P] est particulièrement dramatique chez nous“,
    mais les droits d’auteurs percus sont constants depuis 3 ans, grâce, en particulier au développement du spectacle vivant. »

    Et bien, paradoxalement, depuis que je suis connecté à Internet, je n’ jamais, au grand jamais, acheté autant de CD’ et DVD’ !!!
    Et voila !

    Commenté par I love Katie — 1 mars 2006 @ 10 h 01 min

  11. personnelement depuis le debut des actions visant a faire passer les consomateurs pour des vilains mechants et pour des vaches a lait juste bon a allonger la thune, je n’ jamais acheter aussi peu de cd. pourtant j’ achetais encore bcp, meme du temps de napster (2 ou 3 par mois) mais la mauvaise foie des pauvres industriels a eu raison de ma ferveur.

    j’ décidé de ne plus acheter aucun cd et encore moins dvd, beaucoup trop cher. Je contribue peut etre à tuer la chanson, mais vu la qualité de celle ci, surtout pour les artistes français, cela ne me derange pas.

    Commenté par Guinness — 1 mars 2006 @ 12 h 02 min

  12. Le chiffe donné de 190000 albums vendus à un seul exemplaire est le meilleur argument du monde pour foutre en l’ le système actuel:
    Si notre système n’ profitable qu’à 5% des artistes pros (distribués à la FNAC ça fait sérieux quand même), c’ que c’ un système foireux. Point final.
    Il est évident que même si la licence globale détruisait la vente de CD (même si je n’ crois pas une seconde, et que toutes les études semblent également penser que c’ faux), ça n’ pas la création: voyons perdre 5% des artistes ayant accès à la FNAC (c’ à dire déjà une infime minorité des artistes professionels). Je promet d’ une pensée émue pour eux… mais pas longtemps.

    Commenté par JaK — 1 mars 2006 @ 21 h 16 min

Laissez un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, non publié, non diffusé)

TrackBack URI