les téléchargements

débat .FRancais
ou guerre .COMmerciale ?

lestelechargements.fr : blog indépendant d'information sur la loi DADvSI, les DRM et les téléchargements

Le P2P fait partie de “l'écosystème” Microsoft

.
par admin le 11/04/2006 à 10:42
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)
poster sur del.icio.us

Brian Buchanan, Australian IT : P2P part of Microsoft’s ecosystem

Erik Huggers est directeur général de Microsoft Windows Media aux USA. Lors de la conférence Milia, il a révélé un accord de distribution de Microsoft avec l’espagnol Terra Networks, basé sur le P2P.
Il a déclaré que le P2P était considéré comme une menace il y a encore un an, mais qu’il était maintenant accepté par les grandes entreprises.
« L’idée est d’utiliser les DRM Windows Media pour aider les sociétés à utiliser le P2P pour la distribution légale de la video sur les plateformes domestiques ». Le P2P, le téléchargement de contenu et la distribution protégée deviennent une approche stratégique dans « l’écosystème » Microsoft. Il a ajouté que le contenu digital était en train de murir, mais que les consommateurs étaient souvent peu informés. Il s’est déclaré optimiste et espère que les entreprises relèveraient le défi de l’éducation des consommateurs et de la victoire contre le piratage.


Cette intervention arrivait quelques jours après que Microsoft ait annoncé des investissements significatifs dans les DRM pour les périphériques sans fil :
Laurie Sullivan, TechWeb.com, 05/04/2006 : Microsoft Pledges ‘Significant’ DRM Investment

Microsoft a annoncé qu’il allait augmenter ses investissements dans les DRM pour protéger du piratage et soutenir l’industrie mobile, alors que de plus en plus de chansons, d’images et de vidéos sont transférés sur les téléphones mobiles.
Plus de 30 millions d’utilisateurs américains du sans-fil utiliseront des contenus videos et télévisés en 2009, d’après IDC Corp.
La firme de Redmond n’a pas détaillé les investissements, mais utilise plus de 100 systèmes de gestions de droits [content service licenses] et déploie le système DRM de Windows Media sur des centaines de périphériques de diffusion de contenu sur les mobiles, les portables et les ordinateurs fixes.
Microsoft travaille aussi avec Thomson et Time Warner, dans un joint-venture nommé ContentGuard, pour permettre l’interopérabilité des plateformes de DRM.

Anders Bylund, ArsTechnica, 10/04/2006 : La réponse de RealNetworks à Linux: « DRM or die! » [eng]

Pour Jeff Ayars, vice président de RealNetworks, Linux est mort pour le grand public s’il n’intégre pas les DRM :
« Si Linux n’intégrait pas les DRM, les périphériques propriétaires et les PC sous Windows deviendraient les seules plateformes multimédias disponibles. Linux serait utilisé seulement sur les serveurs et les ordinateurs de travail, puisqu’il n’intégrerait pas les technologies multimédias demandées [demanded] par les consommateurs ».
Mais pour Georg Greve, de la Free Software Foundation – Europe :
« Le rootkit Sony a montré clairement pourquoi les DRM n’étaient pas acceptées par les consommateurs, et pourquoi il n’y a aucun schéma gagnant pour les DRM. iTunes permet aux consommateurs de graver leurs fichiers sur un CD normal, qui peut être alors ré-encodé et partagé, ce ne sont donc plus des « Digital Rights Management » mais des « Digital Inconvenience Management » [des Mesures Techniques d'Embêtement]. eMusic.com propose des fichiers audios sans DRM ni restrictions. Aucune plateforme avec DRM n’arrive à la cheville de ces deux offres. Il revient donc au consommateur de décider ce que veut le marché. Et la réponse est claire : « Je ne veux pas de DRM ! ». Plus vite nous enterrerons l’idée de placer tous les usages des ordinateurs sous la surveillance de l’industrie des médias, plus vite nous pourrons trouver des alternatives viables.
Le journaliste conclut :
Ce n’est pas parce que le contenu est devenu numérique que nous nous sommes tous transformé dans ces espèces d’affreux pirates à contrôler par tous les moyens, comme l’industrie des DRM semble nous voir.

Dans le même temps, Coca Cola décide de diffuser son show culturel directement sur Internet, sans protection du contenu, plutot que de passer par les chaines télévisées habituelles.
Island Def Jam, star new-yorkaise du R&B, est le premier artiste invité à « Stageside ». Le programme est distribuée sur son propre site web, et par les réseaux de P2P comme BitTorrent, dans des formats optimisés pour être vues sur les ordinateurs et les périphériques portables comme les iPods et les PSPs. « Stageside », gratuit et complètement légal, est produit et propagé sur Internet par Jun Group Inc., spécialiste du marketing viral.
Source : Hinesberg Journal
Le site de Stageside, où les formats de téléchargements proposés sont :
BitTorrent,
Gnutella
, eDonkey,
FastTrack
, QuickTime, Xvid, Ipod, PSP et WMV.

Pas de commentaire pour Le P2P fait partie de “l'écosystème” Microsoft »

  1. Oui les consommateurs ne voient aucuns avantages aux DRM dont la seule fonction est d’ et de les emmerder pour les usages.

    La generalisation des contenus DRM entrainerai alors mecaniquemnet des personnes vers les contenus pirater pour pouvoir jouir de leurs achats sans aucunes restrictions.

    Il faut attendre du politique qu’ se reveille et n’ plus que sous de falacieux pretextes de proteger contre le piratage on flique tout usage de fichier sur un ordinateur.
    maintenant gestion des criptages dans les processeurs
    http://www.pcinpact.com/actu/news/27961-IBM-integrera-le-cryptage-dans-ses-processeu.htm

    Commenté par bourgpat — 11 avril 2006 @ 12 h 53 min

Laissez un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, non publié, non diffusé)

TrackBack URI