les téléchargements

débat .FRancais
ou guerre .COMmerciale ?

lestelechargements.fr : blog indépendant d'information sur la loi DADvSI, les DRM et les téléchargements

DADVSI : au coeur de la création

par admin le 13/06/2006 à 12:50
Permalien - 4 commentaires - (ajouter)

Le gouvernement sera-t-il capable de donner satisfaction à la fois au secteur de la culture et à celui de l’internet ?
Un reportage met en lumière les points de vues assez contradictoires qui existent entre les producteurs, les artistes indépendants, et les consommateurs sur la question du téléchargement.

L’équipe de aLaide.com a réalisé à l’occasion du passage de la loi DADVSI à l’Assemblée Nationale (en mars 2006) un documentaire traitant du téléchargement.
Ce reportage, d’environ 25 minutes, contient des interviews de personnalités du monde de la musique, de la politique, des ayants droits, d’anonymes et bien d’autres encore.
Lire la suite …

Florent Pagny : "le téléchargement illégal, ca tue l'industrie, mais pas la profession".

par admin le 9/06/2006 à 09:52
Permalien - 5 commentaires - (ajouter)

Partagé par Harkonen

Extrait de « La méthode Cauet » du 8 juin 2006.
Page de l’émission

Fred Oscar (suite) : DADVSI "favorise les grandes plateformes au détriment des auteurs compositeurs"

par admin le 7/06/2006 à 08:45
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)

Pour Fred Oscar, le projet de loi enferme les artistes et la création, et bénéficie aux grandes sociétés.
Selon lui, les DRM sont destinées avant tout à protéger les gros producteurs.

 

Suite de l’interview du 29 mai


La page de Fred Oscar sur Jamendo
Le site web de Fred Oscar

La répartition des bénéfices sur les grandes plateformes commerciale ?
Voir notre article “L’internet équitable” qui sera voté demain

Fred, de la SACEM au Creative Commons.

par admin le 29/05/2006 à 09:30
Permalien - 1 commentaire - (ajouter)

Fred Oscar crée et diffuse sa musique depuis 27 ans. Il a tout au long de sa carrière participé à de nombreux groupes, avec toujours un vrai plaisir à étonner son public sur scène.

Son dernier album, « Douce Folie », est un jeu de styles et d’instruments mixant convictions, ironie et poésie. Il fait partie de la grande famille des artistes autoproduits, et diffuse ses oeuvres en Creative Commons, via Jamendo et de nombreux sites spécialisés.

Artiste libre mais toujours aussi professionel, Fred Oscar se sert de la libre diffusion de ses oeuvres sur internet pour aller à la rencontre de nouveaux auditeurs et de nouvelles expériences.

Dans cette interview, il revient sur son vécu personnel en tant qu’ancien artiste SACEM, et nous explique comment la libre diffusion de sa musique peut aussi permettre de nouvelles opportunités et sources de revenu.

 

La page de Fred Oscar sur Jamendo
Le site web de Fred Oscar

Aisyk : “le peer-to-peer, c'est la remise en cause du pouvoir des maisons de disques”

par admin le 3/05/2006 à 10:20
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)

Aisyk crée et diffuse de la musique depuis 8 ans. Pour lui, la loi DADVSI ne met pas l’artiste au coeur du processus de création, tout en voulant contrôler le partage naturel des oeuvres. Les plateformes libres offrent aux créateurs une vraie alternative de diffusion.

 

La page d’Aisyk sur Jamendo.
Le site web d’Aisyk

Aisyk est un artiste à part. Son parcours dans la musique électronique l’amène des premiers festivals goa aux free parties plus communautaires. Historien de formation, il parcoure les méandres de la musique électronique en expérimentant de nouveaux sons. Son principal atout réside dans sa connaissance aiguisée de la « culture électronique », autant son histoire que son évolution le passionne et ses découvertes sonores sont empreintes de cette soif de savoir.

Le serveur Razorback ? Voir notre article : La répression n’arrête pas le partage

David Berlind, ZDNet : “Stop buying this CRAP”

par admin le 29/03/2006 à 08:00
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)

Un petit dessin valant mieux qu’un long discours, c’est David Berlind qui s’y colle :

Le texte originel (en anglais) et le lien vers la video (asf)

Traduction francaise :
Bonjour, je suis David Berlind, rédacteur en chef adjoint à ZDNET. Aujourd’hui nous allons parler de choses désagréables. Nous allons parler de CRAP. Oui, de « MERDE ».
C.R.A.P. veut dire : Contenu, Restriction, Annulation et Protection.
C’est ma phrase clef pour une technologie qui s’appelle en fait : DRM. DRM, ca veut dire « Digital Rights Management » (MTP : Mesure Techniques de Protection). C’est une technologie intégrée dans la plupart des produits que nous achetons aujourd’hui.
Par exemple, si vous avez un Ipod, il y a du CRAP dedans. Dans l’Ipod, il y a cette technologie qui restreint ce que vous pouvez faire de votre contenu, qui permet au propriétaire du contenu d’annuler et de vous enlever ce contenu, ou de protéger ce contenu et de vous empêcher de le copier sur Internet. C’était le but premier des DRM, de vous empêcher de copier du contenu sur Internet.
Mais regardons de plus près : vous avez cette société qui fabrique ce produit, Apple, et ils ont cette technologie, ce CRAP, qui entoure leurs produits. J’inscris CRAP ici parce que tout ce qui se passe à l’intérieur, comme des fichiers vidéos, audio, des mp3, des fichiers musicaux, est protégé par cette couche de CRAP. Et la seule chose qui peut enlever cette couche, ce sont les produits qu’Apple considére comme autorisés. Par exemple, l’Ipod.
En soi, ca n’a rien de problématique. C’est vrai, jusqu’à ce que vous achetiez un produit basé sur le CRAP de Microsoft. Voici un produit basé sur le CRAP de Microsoft, et sa couche de CRAP, et dans cette petite fenêtre, de la vidéo, de l’audio, des mp3. Vous savez quoi ? La seule facon d’enlever cette couche de CRAP, c’est d’utiliser un produit que Microsoft considère comme autorisé. De la même facon qu’Apple.
Et c’est la même chose, par exemple, pour Sony. Sony a aussi sa technologie, le RootKit, sur leurs CD.
Devinez quoi ? Si vous essayez de connecter ces trois univers, ca ne MARCHE PAS. RIEN ne se passe. Cette musique n’est pas écoutable là, cette vidéo n’est pas regardable ici. Voila le problème.
C’est pour ca que je dis que tous ces produits, par exemple l’Ipod que vous venez d’acheter, sont un « load of crap » (littéralement : un tas de m…). Je ne vais pas acheter cette m… ! N’achetez plus cette m… ! N’achetez pas de produits qui ont des technologies DRM intégrées, parce qu’ils vont vous empêcher de lire le contenu que vous avez légalement acheté sur le lecteur que vous voulez !

Tristan Nitot : l'Ipod égoïste

par admin le 15/03/2006 à 10:03
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)

Un fichier protégé par DRM c’est un fichier qu’on ne peut pas lire partout.

Baladeur, autoradio, chaine hi-fi, ordinateur, on ne pourra bientot plus lire la musique que sur le matériel d’origine.
Rappellons que Microsoft et d’Apple refusent l’interopérabilité de leurs DRM, pour des raisons commerciales.
Le rapport du CSPLA, à l’origine du projet de loi, soulignait pourtant que la légalisation des DRM devait s’accompagner d’une interopérabilité, au risque sinon de léser le consommateur.

Tristan Nitot est un professionnel du logiciel libre. Il connait bien les problématiques du projet de loi DADVSI et des DRM.
Depuis plusieurs années, il en suit l’évolution sur son blog :
http://standblog.org/

Les USA, premiers producteurs de DRM au monde, commencent à s’intéresser au débat en cours à l’Assemblée. Il apparait que les majors n’ont aucun intérêt commercial à ce que les DRM puissent être « cassées » ou « contournées ».
France To Force iTunes to Open to Other Players?
French law could break iTunes, Microsoft DRM

Christophe Espern : contre la désinformation, le vrai débat.

par admin le 14/03/2006 à 08:40
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)

Projet de loi DADVSI : contre le P2P ou pour les DRM ?


Malgré le bruit autour des téléchargements ou de la Licence Globale, le fond du projet de loi vise surtout à la généralisation organisée des DRM (voir notre article du 6 mars).

Alors que la discussion parlementaire reprend cet après-midi à l’Assemblée, Christophe Espern attire l’attention sur les pressions appliquées et les procédés adoptés par les tenants du projet de loi, majors en tête.

Christophe Espern est membre cofondateur de EUCD, un collectif citoyen qui informe le public et les pouvoirs publics depuis plus de trois ans sur le projet de loi DADVSI.

Armand Meignan : “Je préfère la meilleure circulation de la musique”

par admin le 13/03/2006 à 08:50
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)
armand meignan

LesTelechargements.fr : Armand Meignan, plutot licence globale ou plutot projet de loi DADVSI ?
Armand Meignan : Pour nous, qui somme soutenus à la fois par la SACEM d’une part, et l’ADAMI et la SPEDIDAM d’autre part, c’est un choix cornélien.
En tant que directeur de festival, je préfère toujours la meilleure circulation de la musique. Mais le débat est confus. Sans avoir encore d’avis définitif, je me sens plus favorable à la licence globale. Cependant, elle ne résout pas le problème de la répartition des droits pour les artistes.

ltc.fr : Vous n’êtes donc pas d’accord avec les signataires de la pétition SACEM qui s’opposent à la licence globale ?
Armand Meignan : Cette pétition Sacem pose le problème de la répartition des droits et c’est très important. Ceci dit, les opposants à la licence globale sont principalement les forces de l’argent, les majors companies et le show-biz, dont les préoccupations sont un peu lointaines de notre action de diffusion culturelle.


Propos recueillis par l’équipe ltc.fr

Armand Meignan est le fondateur et directeur de l’Europa Jazz Festival du Mans.
Depuis 1980, l’Europa Jazz fait découvrir et encourage le jazz, par une multitude d’actions et de concerts en région.
La 27° édition se tiendra du 1er avril au 1er mai 2006
Renseignements : Europa Jazz Festival du Mans

Clement (Another Record) : “ce serait un minimum d'être entendus dans ce débat”

par admin le 13/03/2006 à 08:45
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)

Clément travaille chez Another Record, un label indépendant qui diffuse les productions de ses artistes par tous les moyens : téléchargements direct, peer to peer, vente de CD.

Il évoque son inquiétude sur les DRM et l’interopérabilité.

Il souligne le peu d’écoute des majors et des grosses sociétés d’auteurs pour les petits artistes.

 

Another Record

Voir le site Another Record