les téléchargements

débat .FRancais
ou guerre .COMmerciale ?

lestelechargements.fr : blog indépendant d'information sur la loi DADvSI, les DRM et les téléchargements

La boulangerie musicale, ou "le mythe du tout gratuit"

.
par admin le 7/03/2006 à 08:57
Permalien - 0 commentaire - (ajouter)
poster sur del.icio.us

Depuis son ouverture, lestelechargements.com est le support d’un véritable florilège de stars qui expriment inlassablement le postulat suivant :
« Quand on va dans une boulangerie on paye sa baguette de pain : pour la musique c’est pareil. ».

Zazi, Chimène Badi, Bertrand Tavernier, Nolwenn Leroy et bien d’autres ont répondu à l’appel de Publicis pour reprendre au mot près cette phrase.
D’autres y voient carrément la mort de la musique. Pour Marc Lavoine ce sont 300.000 emplois qui sont menacés en trois à six ans. Rien que ca !

La chanson, une baguette de pain comme une autre ?

Plus prosaïquement qu’en est-il ? Tout d’abord la copie d’un fichier musical n’entraîne pas la perte de l’original. Une baguette de pain disparaît de la boulangerie lorsqu’on l’achète. Copier ou acheter une musique n’entraîne pas de privation d’un avoir : les deux parties peuvent toujours jouir de leur possession. La musique n’est que très partiellement comparable avec une baguette de pain.
Il s’agit donc de déterminer le mode de rémunération d’un service non matériel, dont l’échange n’appauvrit ni le créateur ni l’auditeur.
Comment garantir cette juste rémunération ?

Le modèle « global », plus d’argent pour la création.
Aucune loi, aucune protection numérique ne pourra jamais empêcher une musique de se répendre sur les réseaux peer-to-peer. Les systèmes anti-copie des maisons de disque peuvent toujours progresser, rien n’empêchera jamais un internaute parmi des millions d’enregistrer directement en analogique un morceau, puis de le partager sur Internet, avec une qualité quasi équivalente à l’original.
Donc dans un cas comme dans l’autre le peer-to-peer est un comportement qui ne disparaîtra pas. Mais dans un cas les ayant-droits ne bénéficient d’aucune ressource nouvelle et dans l’autre si.

Quelles ressources ?
En prenant modèle sur le système de redistribution qui existe déjà, l’Alliance Public-Artistes a calculé que si 4 millions d’internautes souscrivaient à la licence globale pour une somme de 6,65€ par mois, les revenus générés seraient de 26,6 millions mensuels, soit près de 320 millions par an [pdf]. Chiffre à comparer avec les 160 millions d’euro perçus en 2004 au titre de la copie privée. Les bénéfices de cette licence pour les ayants-droits sont donc considérables. De plus 25% de cette somme est légalement reversée aux actions de création et de diffusion du spectacle vivant, et de formation des artistes. C’est une aide directe à la diversité de la création et à l’activité artistique.

Pas de bras, pas de chocolat !

Parallèlement, si la loi DADVSI entérine les protections numériques anti-copie, les prélèvements au titre de compensation à la copie privée n’auront plus lieu d’être. A court ou moyen terme, pour les artistes c’est un revenu de 34 millions d’euros qui disparaîtra.
C’est donc d’une différence de près de 200 millions d’euro de revenus auxquels devront renoncer les ayants-droits dans le second cas.

D’un coté une loi qui bridera les consommateurs et qui, sans ne rien résoudre, fera perdre des sources substantielles de revenus aux ayants-droits (artistes, auteurs, producteurs).

De l’autre une licence qui permet, ainsi que le souhaitent 80% des internautes, de rémunérer comme il se doit les artistes, tout en décriminalisant leur quotidien.

Pas de commentaire pour La boulangerie musicale, ou "le mythe du tout gratuit" »

  1. De plus, il est évident que la mesure d’, même par simples sondages, permettra une répartition beaucoup plus juste parce que plus LARGE que la répartition actuelle !

    Et ne parlons pas que de la musique ou du cinéma. « L’écriture » est aussi à la base de toute création !

    Commenté par Jack Minier — 7 mars 2006 @ 6 h 21 min

  2. Etant un utilisateur des services de téléchargements payants (et donc légaux, rappelons-le), pourquoi devrais-je payer une licence globale qui va finalement profiter à tous les pirates qui téléchargent en masse en les légitimant ? La licence globale d’ 10€ est dérisoire pour eux et injustifiée pour les personnes comme moi.

    Commenté par Franck — 7 mars 2006 @ 10 h 00 min

  3. Tout à fait d’ avec l’.

    Je ne m’étonne guère de la comparaison P2P = boulangerie gratuite, puisque depuis des années les majors vendent leurs disques comme on vend des yaourts…

    Les décideurs n’ plus leur métier au contact des artistes mais en école de commerce, on peut admirer aujourd’ le brillant résultat de cette politique : musique = yaourt en promo : 2 pour le prix 1, pub à outrance pour des compils débiles (suffit de regarder M6 à certaines heures), Star Acadaemy et leur artistes éphémères qui vomissent leurs singles à longueur de journée sur les radios.

    Et pour faire revenir les déçus, un seul mot : répression. Ils peuvent toujours courir…

    Commenté par Nicolas — 7 mars 2006 @ 10 h 15 min

  4. @Frank: la license globale est « optionnelle ». A chacun de voir avec sa consommation. En meme temps si elle était mise a mettons 10 euros, tu telecharges rien qu’ cd avec leur super sites de ventes en lignes et dans ce cas vaut mieux prendre la license globale…

    et les revenus « dérisoires pour eux »
    10 euros par mois sur un an ca fait 120 euros, ca revient a la cotisation sur la télé. Et manifestement pour la télé ca leur suffit.

    « pourquoi devrais-je payer une licence globale qui va finalement profiter à tous les pirates qui téléchargent en masse en les légitimant ? »

    bah alors la mon gars tu poses la meme question que moi: pourquoi dois je payer une redevance télé alors que je n’ pas de télé pour que tous ces gros cons se goinffrent de star ac?
    Pourquoi dois je payer une taxe sur les supports enregistrables alors que les seules choses que je copie sont les oeuvres que je fais moi meme? Et puis a ce compte la, pourquoi payer une sécu quand je suis pas malade, pourquoi payer une retraite que je ne toucherai pas, pourquoi payer le chomage des gens qui ne bossent pas, etc etc
    Ca s’ vivre en société mon gars.

    Commenté par Ipfixe — 7 mars 2006 @ 10 h 59 min

  5. Je me rapelle avoir une ou deux fois acheté un pain dans lequel soit il manquait du sel, soit j’ trouvé un insecte mort (pas dans la même boulangerie je vous rassure). Le commerçant m’ immédiatement remboursé.

    Est-ce que ça sera le cas pour une musique qui ne me plairait pas ? Car acheter un album parce qu’ a trouvé un sigle très bon mais que le reste est très mauvais revient à acheter à l’. Si je suis déçu, j’ avoir le droit d’être remboursé. Or il est imopssible de se faire rembourser un CD lorsqu’ a été déballé.

    Il va falloir faire un choix. Soit on vend de la musique comme on vend n’ quoi auquel cas, on fait le geste commercial du satisfait ou remboursé, soit on rend à la musique ses lettres de noblesses en reconnaissant qu’ s’ d’ et on arrête d’ parler comme s’ s’ d’ baguette de pain.

    Je ne suis pas contre payer pour un titre ou un album. A condition de ne pas être obligé de payer plusieurs fois pour le même titre si je veux l’écouter sur plusieurs supports.

    Quant aux artistes vus sur lestelechagements.com, comment croire en leur sincérité ? Est-ce réellement leur avis personnel ou celui de la maison de disque qui les a lancé ?

    Commenté par GhotDog — 7 mars 2006 @ 11 h 05 min

  6. la filiere musicale a rapporte 1.65 milliards d’ de chiffre d’ en france en 2004.
    selon mes maigres calculs, il faudrait que plus de 19 millions d’ francais paient leur sept euros par mois pendant un an simplement pour compenser l’ predictible du marche du disque si une telle licence etait mise en cause. car croyez vous franchement que les gens continueraient a acheter des disques a 14.5 euros piece (prix moyen 2004) quand ils peuvent en telecharger des dizaines pour 7 euros ?

    soyons serieux et raisonnable trente secondes, un tel systeme n’ pas viable, ne sert qu’ empocher les voix des internautes et annoncerait la mort de la production phonographique professionnelle francaise.

    autre question, avec un tel systeme, comment determiner qui doit recevoir quoi ? entre la musique, les films et les logiciels, chacun de ces secteurs se subdivisant en producteur, artiste, ayants droits et compagnies, j’ bien voir comment vous feriez.

    dans l’ de votre reponse…

    Commenté par Jacky — 7 mars 2006 @ 11 h 15 min

  7. @ Jacky : Si manque a gagner il y a, pour qui sera-t-il le plus important ? Pour les artistes ? Peut-être, mais on devrait aussi revoir la fiscalité qu’ leur applique. Pour les maisons de disque ? Sûrement ! Quant on sait dans quel marasme finacier s’ vautré Vivendi-Universal du temps de Messier, on constate que de l’, ils n’ manquaient pas et ils on fait les idiots avec. Alors pourquoi leur en donner encore plus ? Est-ce que les artistes en bénéficieraient ? Je voudrais bien y croire mais très honnêtement, j’ doute.

    Commenté par GhotDog — 7 mars 2006 @ 11 h 25 min

  8. @jacky
    Mais peut etre justement que c’ la la question: peut etre tout simplement que le disque est mort et qu’ ne faut plus compter dessus pour faire des revenus.

    Sur les telechargement.com, JJ ANNAUD nous dit: moi je fais des films qui coutent cher, faut bien qu’ soient rentabilisés. Je lui ai donc répondu qu’ etaient cher parcequ’ le voulait bien. On n’ pas obligé de faire des trucs hors de prix sous prétexte qu’ en a les moyens. Qui osera dire que le film de debords « In Girum » est moins bien que celui d’? Et pourtant il a couté trois francs six sous. Je suis en école d’ et elle n’ aucun moyen. Impossible de leur demander quoi que ce soit, ils n’ aucun matériel. Meme les clous faut les acheter. Est ce que je vais faire des installations monumentales qui demandent des millions pour etre rentabilisées? Bin non. Je fais avec mes moyens.

    Je sais pas si je suis bien clair alors je me resume:
    La vrai question c’ je pense, qu’ a un moment en ce qui concerne la culture: Veut on produire une oeuvre d’ ou veut on faire de l’?
    Si on veut produire une oeuvre d’, le spectaculaire n’ pas forcément de mise.
    (la en fait je parle surtout pour le cinéma parceque pour la musique c’ vrai qu’ y a le studio et ca c’ un peu irréductible comme cout helas meme si apres la doffusion ne coute plus rien. Et ca parait dur de dire a tous les musiciens: passez a l’ comme ca vous pourrez la faire chez vous. D’ le progres le vrai, celui qui aiderait le plus les artistes dans la musique, ce serait qu’ ces nouveaux moyens de diffusion quasi gratuits arrivent des moyens de production quasi gratuits aussi. La on aurait vraiment vraiment tout gagné. Mais ca ne serait pas du gout des majors, c’ sur…)

    Commenté par Ipfixe — 7 mars 2006 @ 11 h 35 min

  9. erf je me relis et je suis pas clair du tout:
    c’ pour dire: plutot que de pleurer sur un probleme(ou progres suivant les points de vue^^) qu’ ne sauront changer, il me parait plus intelligent et urgent de voir comment on va s’. La régression ne pourra durer toujours…

    Commenté par Ipfixe — 7 mars 2006 @ 11 h 38 min

  10. @Jacky: Ton calcul est correct. Mais dans le cas de la license globale, il s’ de reverser aux interessés leur part du gateau (à savoir les auteurs/compositeurs/…). La chaîne de distribution des maisons de disque étant remplacé, elles n’ pas à entrer en ligne de compte dans le calcul. Si tu lis la lettre ouverte à Eddy Mitchell, tu comprendras surement qu’ est l’érêt pour les auteurs/compositeurs/… .

    Quant à ton interprétation sur la vente de CDs, je pense que tu te trompes un peu. Un CD est un objet matériel qui peut être beau à regarder et que tu achètes pour une collection. Certaines personnes ont besoin en plus d’ fichier numérique d’ objet physique produit avec l’ de l’ pour s’ l’étation d’ artiste.

    Les ventes de CD ne seront pas plus impactées qu’à l’ actuelle. Les études montrent qu’ n’ aucune corrélation entre téléchargement « non controlé » et vente de CDs.

    Commenté par Nicolas Salles — 7 mars 2006 @ 11 h 38 min

  11. bah bien sur sauf que ma baguette me coute pas 0,99 euros mais « juste » 0,50 en moyenne donc presque la moitié que leur morceau de musique !

    la mausique trop chere ?

    Commenté par Pierre — 7 mars 2006 @ 12 h 01 min

  12. 50 ct la baguette … ca fait longtemps que t’ pas acheté une baguette dis donc ! ;-)

    Commenté par Stef — 7 mars 2006 @ 12 h 23 min

  13. @Jacky:
    merci Jacky grâce à toi, je suis enfin convaincu.
    en effet sachant que moins de 10% revient aux auteurs, la taxe couvre complètement les coûts pour ceux-ci.
    elle permet même de couvrir les coûts techniques. et il reste certainement un petit bonus pour favoriser la musique. donc on peut enfin se passer des maisons de disques et de leurs coûts exorbitant.

    Commenté par t-buster — 7 mars 2006 @ 12 h 28 min

  14. La licence globale aura un aventage aussi pour vous qui telechargaient sur les sites commerciaux. Elle va permettre une saine concurrence. En Effet, en p2p, les fichiers ne sont disponibles souvent que sur des courtes periodes. L’ etant souvent limité lors des echanges.
    Cela obligera les plateformes commerciales à replacer leurs clients au centre de leurs preocuparions pour leur permettre d’ la musique achetée selon leur souhait et non leur imposer des usages comme s’ le cas maintenant.
    Les platerforment doivent devenir interessante pour le consommateur, alors il reviendra vers elles. Si elles persistent comme aujourd’ à imposer au consommateur leurs desir, elles disparaitront et c’ tant mieux.
    (Avant 1989, les allemands de l’ avais des voitures, ils attendaient 2 ans pour avoir leur traban. Aprés 1989, ils ont acheté d’ voitures qui etaient meilleurs et les traban disparurent.) Les drm sont commes les trabans, il n’ a pas de desir pour en avoir. Ils disparaitront car ils n’ pas de benefice aux consommateur.

    Commenté par bourgpat — 7 mars 2006 @ 12 h 32 min

  15. Pourquoi tout le texte est-il barré ?

    Commenté par Alex — 7 mars 2006 @ 13 h 04 min

  16. @ Alex : Probablement pour matérialiser la censure qu’ tente d’ aux opposants à la DADVSI …

    Commenté par GhotDog — 7 mars 2006 @ 14 h 41 min

  17. Aujourd’ on parle de licence globale de repression, du déclin de l’ culturelle. Il y a vingt ans c’ deja le cas avec les K7 avez vous vu l’ culturelle s’ ?
    Ceux qui vont au cinema continuerons a y aller, ceux qui achete des CD aussi, ceux qui ne le faisait pas continuerons a ne pas le faire.

    Alors de quoi parlons nous a part d’ racket organisé. Faudra t il bientot payer une redevance pour ecouter la radio ? Comme pour la TV.

    Au dela de la DADVSI c’ la démocratie qui fout le camp. Ceux qui font la propagande de la peur, ne sont rien d’ que des tyrans (Morale de Michael Moore dans « Booling for colombine »).

    Preparez vous car d’ quelques années nous vivrons dans une capitalie, un etat ou pour respirer, sortir de chez soi, il faudra payer.

    La chine c’ 20% de croissance économique et c’ le plus gros éditeur de copie du monde dans tous les domaines, va t on déclarer la guerre à la chine ? Alors de quoi parlons nous ?

    Commenté par idbete — 7 mars 2006 @ 15 h 10 min

  18. @jacky: « la filiere musicale a rapporte 1.65 milliards d’euros de chiffre d’affaires en france en 2004. »

    Quel est la part de la vente de CD, la-dedans ?
    L’ musicale, ce n’ pas que la vente de CD. C’ une vision reductrice.
    Le telechargement ne concurrence que la vente de CD.
    Par ailleurs, si la vente de CD s’ alors tous les frais de distribution qui l’ s’ aussi.

    Bref, le chiffre de 1,65 milliards va se reduire.

    Commenté par celestin — 7 mars 2006 @ 15 h 44 min

  19. idbete a dit : « ceux qui achetent des CD (continuerons), ceux qui ne le faisait pas continuerons a ne pas le faire. »
    FAUX !!
    Ceux qui achetaient des 33t achétent aujourd’ des CD.
    Je ne parle pas des « passionnés » qui comme moi achétent encore des 33t, mais pour la plupart des « consomateurs » de musique le support n’ pas d’. Meme si dernièrement des efforts ont été faits (digipack…), les CD ont longtemps été des supports asseptisés.

    Commenté par kristof — 7 mars 2006 @ 16 h 30 min

  20. si le support est important.
    Avoir un bel objet,
    Avoir un cadau à offrir,
    avoir un supportt simple qui tranverse les epoques et ets une sauvegarde en lui meme. J’ toujours mon premier cd acheté il y 20 ans et qui fonctionne toujours sur l’ du materiel.
    La sauvegarde de données informatique impose la copie reguliere et le transfert entre differents suppport pour conserver des données sur des periodes aussi larges. Supports optique d’ durée de vie de 10 ans pour les gravés, disques dur mecaniques fragiles, systemes d’ (4 versions de windows depuis dix ans) peut etre passage au libre si mon materiel me le permet.

    Un cd pressé est censé durer 120 ans. Et il peut etre un objet beau et interessant selon le contenu du coffret.

    Commenté par bourgpat — 7 mars 2006 @ 17 h 07 min

  21. qu’ artiste ne nous parle de passion ou de plaisir, voir de vocation, car en fin de compte se ne sont pourla plus part que des avard avide d’, qui pensent que tout a un prix!!!!!!

    ps: quelqu’ sais comme les taxe pour copie privé sont reverser? parce que quand on parle de licence globale optionnel, les majors annonce ca comme infaisable, surtout pour savoir a qui redistribuer… mais quand on achete un CD vierge, il savent que je vais copier la ruda ou marcels et son orchestre? (oui j’ pas dess gouts de chiotte je sais! :-) )

    Commenté par zehunter — 7 mars 2006 @ 17 h 44 min

  22. J’ une question : quand vous utilisez un service tel qu’ taxi, vous payez à chaque fois que vous l’, non ? Pourquoi faire une exception pour la musique ?
    Si les internautes paient la licence globale, il y aura des répercussions sur les ventes de supports physiques (pourquoi acheter deux fois le même disque ?). Donc le montant de 320 millions d’ sera « amputé » de la perte sur la vente de CD.

    La licence globale est une très mauvaise idée.

    Commenté par abcd — 7 mars 2006 @ 18 h 10 min

  23. abcd a ecrit : « quand vous utilisez un service tel qu’un taxi, vous payez à chaque fois que vous l’utilisez, non ? Pourquoi faire une exception pour la musique ? »

    Moi j’ un abonnement sncf (tu peux remplacer Sncf par metro, bus ou ce que tu veux …) pour autant il n’ y a aucuen repercussion sur la santé de la sncf, bien au contraire …

    Commenté par efgh — 7 mars 2006 @ 18 h 34 min

  24. D’, mais avez vous un abonnement chez votre coiffeur ?

    Commenté par abcd — 7 mars 2006 @ 18 h 35 min

  25. @abcd : « quand vous utilisez un service tel qu’un taxi, vous payez à chaque fois que vous l’utilisez, non ? » > je ne prends que rarement le taxi, et je paye bien un abonnement pour me connecter à internet et téléphoner de manière illimitée, un autre pour prendre le bus et le tram autant de fois que je veux, etc.

    Commenté par Ballinette — 7 mars 2006 @ 18 h 42 min

  26. oups, efgh a répondu la même chose que moi 5 minutes plus tôt :(

    Commenté par Ballinette — 7 mars 2006 @ 18 h 42 min

  27. Et aussi !

    « Big Champagne juge même que « l’ fournit une exactitude et une efficacité de mesure autrefois inaccessibles et actuellement sans égales ». »

    Commenté par Jean — 7 mars 2006 @ 19 h 51 min

  28. @ abcd : Le taxi c’ un service. Une chanson c’ un bien. Je suis d’ pour payer une chanson. Mais la loi DADVSI prévoit de faire payer la même chanson plusieurs fois en fonction du nombre de support sur lequel on veut l’ (source ODEBI). Autrement dit, j’ un CD que j’ acheté, je peux le ripper pour l’écouter depuis mon DD histoire de pas fatiguer le CRrom et aussi parce windows (oui je sais …) est très susceptible du Cd rom. Ensuite, comme j’ un téléphone qui lit les mp3 bah je peux le transférer dedans et puis aussi l’ comme sonnerie (« Two princes » ça le fait trop bien en sonnerie). Mais avec les DRM qu’ prévoit de nous mettre, je devrais acheter la chanson qui sera automatiquement liée à mon DD, si je veux la transférer sur mon portable, les DRM bloqueront l’écoute. Il faudra que je la retélécharge depuis mon portable ! Parti comme ça on a le droit de se demander si dans 10 ans il ne faudra pas payer à chaque écoute !

    Commenté par GhostDog — 7 mars 2006 @ 21 h 46 min

  29. Oups, j’ oublié les smileys :
    :-D :~/

    Commenté par selv — 7 mars 2006 @ 22 h 46 min

  30. je trouve ça pas mal l’ée de la boulangerie par abonnement, il fallait y penser ! je suis persuadé que c’ rentable comme concept : au début, comme avec les cartes de ciné, on consomme à fond et puis après on paie beaucoup plus que ce qu’ consomme…

    Commenté par kephren — 7 mars 2006 @ 23 h 35 min

  31. Imaginons que quelqu’ invente la machine à dupliquer une baguette à l’, sans aucun surcoût. On finirait donc tous par payer nos 7 euros par mois pour consommer du pain à volonté. Où serait l’érêt de dépouiller la boulangerie? On serait justement tenter de varier les plaisirs, un petit pain de campagne, un pain au céréales, puis une bonne vieille baguette…
    Evidemment, il y aurait sûrement des crève-la-faim qui embarqueraient 10 pains tous les jours, mais pour quoi finalement? Pour les laisser durcir et les jeter aux pigeons…

    C’ pareil pour la musique. Pour 7 euros par mois, nous aurions moyen de découvrir pleins de nouveaux talents, de les rémunérer et de les faire découvrir autour de nous. Je ne pense pas que cela puisse tuer l’ de la musique dans le sens où il n’ aurait plus aucun intérêt de télécharger n’ quoi, puisque tout serait à portée de click…
    Qu’-ce qui fait peur aux producteurs et aux artistes alors? Les 10 pauvres malheureux qui vont se ruer sur l’ pour faire le plein de tubes à moindre frais? Perso, je pense que ces gens là rentrent dans une catégorie qui ne représenterait alors plus aucun danger. Actuellement, ces « collectionneurs » sont très demandés par ceux qui souhaitent se procurer un album, un film ou un logiciel. Cela favorise évidemment la copie illégale.
    Alors qu’ la licence globale, on pourrait se faire tranquillement sa petite sélection pour mettre sur nos iPods. Chacun sa musique… Tout le monde contribue et tout le monde est content. Et si certains en abusent, cela ne les enrichit pas pour autant intellectuellement. Et si j’étais musicien, je me foutrais royalement que 100.000 personnes possèdent mon dernier album si je savais que 10.000 l’écient.

    Pour résumer:
    - Aujourd’ quand on a des milliers de MP3 illégaux, on a pleins de copains qui veulent taper dedans
    - Demain (j’ère qu’ y viendra), chacun fera sa popotte et on n’échangera plus que sur nos impressions de tel artiste ou tel album…

    Commenté par adi — 8 mars 2006 @ 1 h 27 min

  32. Salut,

    Les contenus du site sont très biens mais franchement côté lisibilité c’ abusé d’ tout barré!!

    Commenté par Sic Transit — 8 mars 2006 @ 22 h 10 min

  33. Oui et pensez vous que ce soit pas aussi une idée que de suivre cette lgique jusqu’ bout et de faire payer aussi l’écoute par inadvertance d’ morceau qui passe à la radio et dont la mélodie s’ dans la rue, et puis incitons aussi les rotisseries à faire payer l’ de leurs poulet rotis …

    Commenté par peripherique — 8 mars 2006 @ 23 h 57 min

  34. « Tout ce qui est vu n’ pas caché ! »

    Pourquoi se focalise-t-on sur celui qui télécharge et non sur celui qui met à disposition des autres des fichiers sur le réseau?
    En suivant un des preceptes de feu mon grand-père cité en intro de ce post, on n’ pas, poursuivre le passant qui regarde une affiche utilisant des éléments graphiques piratés par celui qui a conçu cette affiche « pirate ».
    Si l’ droit des éléments graphiques piratés désire faire respecter ses droits il va se tourner évidemment vers celui qui a publié l’ et non vers ceux qui la voient !
    Serait-il possible techniquement que l’ surveille ceux qui mettent à disposition des fichiers piratés sur le réseau, avec sanctions éventuelles (justement proportionnées qd même :-) !
    Plutôt que continuer à se focaliser sur ceux qui « voient » des choses passer sur le net ?
    Merci pour vos réponses TECHNIQUES.

    Commenté par Sari — 10 mars 2006 @ 8 h 56 min

  35. @ Sari : Le soucis avec le principe que tu évoques c’ que nul n’ sencé ignorer la loi. Or, si voir n’ pas punissable, télécharger comme mettre à disposition, aujourd’, l’.

    Commenté par GhostDog — 10 mars 2006 @ 11 h 39 min

  36. La licence globale est une bonne idée simplement parce qu’ va dans le sens du progrès. Les artistes ont maintenant le choix de s’ aux nouvelles technologies ou de rester à l’écart et de rester à se morfondre dans le passé.
    Il ne s’ pas de rémunérer moins la création artistique mais de simplement adapter cette rémunération au monde moderne.
    Le démateriallisation de la musique a commencé il y des années avec le mp3 et les majors ont préférer ne rien voire. Maintenant elles payent les pots cassés et doivent assumer.
    Il est de plus en plus difficile d’ de payer pour quelque chose d’ cirtuel qu’ ficher qui se résume à une suite de 0 et de 1.
    Le fond de commerce des artistes pourraient revenir aux bons vieux concerts ou on a vraiment l’ de payer pour un travail réel.
    Il faut profiter de la licence globale pour revoire à zéro la chaine de rémunération. Ce qui voudra dire moins pour les majors qui ne produisant plus de bien matériels ne servent plus qu’ marketing et plus pour les artistes. Donc plus de chance auxartistes idépendants.

    L’é technique est un argument fallacieux, hypocrite et absurde. La réparition existe déjà quand ca les arrangent (cf taxe de 1€ pour les cd).

    Au fond tout le monde a y gagner. Mais, le gouvernement sans audace ni courage a laissé une fois de plus l’ de donner de l’ à la france.

    Pour évaluer la perte de profit pour chaque morceau téléchargés que les majors dramatisent à chaque fois, il ne faut pas trop s’.
    Il est a noter que le téléchargement illlégal a un coté compulsif. On télécharge pour télécharger. Ce qui fait que non seulement on n’écoute pas tout ce qu’ télécharge (quand certains on près de 10000 titres ils ne doivent pas tous les écouter tout les soirs) mais on n’éterait surement pas toutes les merdes qu’ télécharge… (il est parfois asser fun de télécherger le dernier star Ac’ pour admirer la vrai création artistique mais de là à l’ faut pas deconner)
    Je pense que le « manque à gagner » est souvent largement surévalué.

    Commenté par PiRm — 11 mars 2006 @ 1 h 21 min

  37. Les téléchargements … aujourd’ : la baguette…

    Je lis juste un peu d’ sur le téléchargements et autre .. mais le sujet est chaud … aujourd’, je prend un peu position et décide de voler une baguette virtuelle….

    Rétrolié par blog.namok.be — 20 mars 2006 @ 12 h 55 min

  38. Quand on va chez le boulanger on paie sa baguette….
    Tous le monde se plaind, mais combien roule en grosse berline, ont des chateaux, ont des yatchs, ont deux ou trois maisons secondaires, vont que dans les hotels 5 toiles minimums…. Et bien perso je ne connais pas beaucoup de boulanger…
    Apres c’ vrai il y a les « nouveaux » chanteurs. Mais qui commence dans la vie avec 10 smic par mois ?
    Au pire si les artistes ou major ou autres ne sont as content qui fassent autre chose ou alors ils n’ qu’ faire des concerts, c’ bien les concerts, ca rapporte de l’ et c’ agreable, et au moins celui qui fait de bons trucs aura plus de monde, donc plus de revenus ce qui est logique !
    Enfin moi je que j’ pense….

    Commenté par Fab — 7 août 2007 @ 17 h 01 min

Laissez un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, non publié, non diffusé)

TrackBack URI